mardi, janvier 24, 2012

La colère turque sur la loi française du génocide

PARIS / ANKARA: France a exhorté la Turquie le mardi de ne pas dramatiser après que le parlement français a adopté un projet de loi rendant illégal de nier le massacre des Arméniens par les Turcs ottomans ya presque un siècle était un génocide.

Mais le Premier ministre turc Tayyip Erdogan, prévu pour l'adresse des députés parlementaires de son parti AK, mardi, était attendu au mépris tas sur l'OTAN alliée de la France au cours de la loi qui les Turcs considèrent comme une insulte à leur nation, une parodie de l'histoire et une violation des principes la liberté d'expression.

S'exprimant sur Canal +, France ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, qui était personnellement contre le passage, dit la nouvelle loi était «inopportune», mais appelé Ankara à rester calme.

De bonnes relations nécessaires

"Nous avons besoin de bonnes relations avec elle et nous avons besoin pour traverser cette phase excessif", a déclaré Alain Juppé. "Nous avons de très importants liens économiques et commerciaux. J'espère que la réalité de la situation ne sera pas usurpé par les émotions."

Certains journaux turcs a énuméré les mesures possibles d'Ankara pourrait prendre. Il s'agit notamment du rappel de son ambassadeur à Paris, et de raconter l'ambassadeur français à rentrer chez eux, la réduction des relations diplomatiques au niveau de chargé d'affaires, et la fermeture l'espace aérien turc et des eaux pour les avions militaires français et des navires.

M. Erdogan, parlant peu avant vote des Français lundi, a déclaré la question de la future visite officielle en France serait jeté dans l'incertitude si le Sénat a adopté le projet.

Les entreprises françaises risquent de perdre dans les soumissions pour les contrats de défense et d'autres méga-projets tels que les centrales nucléaires.

La Turquie pourrait également chercher à les allégations de trompette que les actions françaises en Algérie dans les années 1950 et 1960 ont également été équivaut à un génocide.

«Satan Sarkozy"

Matin dans les manchettes des journaux turcs ont été tout sauf calme. «Une guillotine à la pensée libre", a déclaré étoiles, tandis que Aksam décrit la démarche française comme «une guillotine à l'histoire."

"Honte à la France» cria le quotidien Vatan. Bien Sozcu, un petit journal qu'il dirige souvent son mépris à Erdogan, a trouvé une nouvelle cible avec «Satan Sarkozy."

Le maire d'Ankara a parlé de renommer la rue où l'ambassade française est situé à l'Algérie Street et ériger un mémorial aux victimes algériennes de l'oppression coloniale française en face de l'ambassade.

Les législateurs de la maison française supérieure (Sénat) ont voté en faveur du projet de loi interdisant la négation du génocide, le lundi après presque six heures de débat.

La Chambre basse avait soutenu en Décembre, ce qui incite Ankara à annuler tous les droits économiques, réunions politiques et militaires avec Paris et de rappeler brièvement son ambassadeur pour consultation.

Le projet de loi va désormais au président Nicolas Sarkozy d'être ratifié, et certains analystes pensent que la Turquie pourrait retarder l'annonce des mesures pour voir comment Sarkozy gère le processus.

Une rupture totale

L'ambassadeur de Turquie à Paris, Tahsin Burcuoglu, a déclaré le vote conduirait à une «rupture totale» des relations entre les deux pays et Ankara pourraient chercher à déclasser sa présence diplomatique dans la capitale française.

Arménie, soutenue par de nombreux historiens et les parlements, explique environ 1,5 million d'Arméniens chrétiens ont été tués dans ce qui est maintenant la Turquie orientale au cours de la Première Guerre mondiale une politique délibérée de génocide ordonné par le gouvernement ottoman.

L'empire ottoman a été dissous après la fin de la guerre, mais les gouvernements turcs successifs et la grande majorité des Turcs se sentent l'accusation de génocide est une insulte directe à leur nation. Ankara soutient qu'il a été de lourdes pertes humaines des deux côtés lors de combats dans la région.

Arabnews, Par REUTERS, tr-google

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget