mercredi, mars 28, 2012

puffff aufait

Maintenant c'est aufait qui impute le Sahara du Maroc

مدرسة جان دارك في الرباط...القراية وقفات

و م ع
توقفت الدراسة حتى "إشعار آخر"، صباح اليوم الإثنين (26 مارس)، في وجه تلاميذ مدرسة "جان دارك " في الرباط. وعزت إدارة المؤسسة، التابعة للتعليم الكاثوليكي في المغرب، في إشعار وزع أمام المدرسة٬ هذا التوقف إلى "أمر من النيابة الجهوية للشغل في الرباط موجه لإدارة المؤسسة". ولم تتمكن وكالة المغرب العربي للأنباء من الحصول على تفاصيل مستفيضة من إدارة المؤسسة حول أسباب التوقف، بدعوى أن هناك اجتماعا طارئا يعقد بين إدارة المدرسة وهيأة التدريس. غير أن المندوب الجهوي لوزارة التشغيل في الرباط، عبد الرزاق لعلج، نفى، في اتصال هاتفي مع الوكالة، علاقة وزارة التشغيل بإغلاق مؤسسة "جان دارك"، وبالإشعار الذي وزع على أولياء التلاميذ صباح اليوم، معتبرا أن إغلاق المؤسسة في وجه التلاميذ وهيأة التدريس "غير قانوني". وأضاف أن المندوبية الجهوية للتشغيل فوجئت بدورها، صباح اليوم الاثنين، بإغلاق المؤسسة كرد فعل بعد المراسلات التي وجهتها المصالح المركزية للوزارة إلى مديرة المؤسسة من أجل تجديد عقد الشغل الخاص بها الذي انتهت صلاحيته في أكتوبر 2011.
وكانت المصالح المركزية في وزارة التشغيل، وبعد انتهاء عقد التشغيل الخاص بمديرة المؤسسة في أكتوبر 2011، طالبت الكاتب العام لمؤسسات التعليم الكاثوليكي في المغرب بوقف مديرة المؤسسة عن مزاولة نشاطها التعليمي إلى حين تسوية وضعيتها القانونية، وذلك طبقا للمادة 516 من مدونة الشغل التي تلزم كل أجير أجنبي الحصول على تأشيرة الشغل من وزارة التشغيل لمزاولة عمله.
من جهتهم، عبر بعض الآباء في تصريح للوكالة عن استنكارهم للطريقة التي تمت بها توقف الدراسة في وجه التلاميذ وكذا "الشكليات التي تمت بها صياغة الإشعار". وأضافوا أن القرار الذي اتخذته إدارة المؤسسة "كان مفاجئا للآباء والتلاميذ"٬ داعين إياها لإيجاد حل للمشكل مع السلطات المعنية واستئناف الدراسة في وجه التلاميذ.
يذكر أن مدرسة "جان دارك" في الرباط، التي يتابع فيها دراستهم حوالي 1700 تلميذا، تابعة لنظام التعليم الكاثوليكي في المغرب الخاضع لمنطقة الشرق الأوسط وشمال إفريقيا الذي تشرف عليه المنظمة الدولية للتعليم الكاثوليكي.

lundi, mars 26, 2012

زوج الفنانة أحلام: اللقب كان محسوما لدنيا باطما وإدارة القناة غيرت النتيجة


أحمد فنان (kifach info)
زوج الفنانة أحلام، عضو هيأة تحكيم برنامج عرب آيدل، الذي اختتم أمس السبت (24 مارس)، بفوز المصرية كارمن سليمان، فجر قنبلة من العيار الثقيل، حيث كشف، على حسابه على تويتر، أن اللقب كان للمغربية دنيا باطما، لكن تم تغيير النتيجة في آخر لحظة. مبارك الهاجري قال: "إدارة إم بي سي اضطرت لتغيير النتيجة سريعا، لتثبت عدم صحية التسريب الذي حصل قبل إعلان النتيجة".
 زوج أحلام قال أيضا: "رسميا الفائزة بلقب عرب آيدل للموسم الأول هي المغربية  دنيا باطما".
بيناتكم.



dimanche, mars 25, 2012

أراب أيدول : دنيا باطما تتألق وكارمن سليمان تخطف اللقب

أراب أيدول : دنيا باطما تتألق وكارمن سليمان تخطف اللقب

كاريكاتير: مبارك بوعلي

عاد لقب (آراب آيدول) في موسمه الأول الذي قدمته على مدى أسابيع قناة (إم بي سي 1) للمشتركة المصرية كارمن سليمان بعد منافسة حامية في النهائيات تألقت فيها الفنانة المغربية الواعدة دنيا باطما.

وقد أعلنت لجنة التحكيم حصول كارمن سليمان على نسبة من أصوات الجمهور أعلى من النسبة التي حصلت عليها دنيا باطما في تصويت بدأ مساء أول أمس الجمعة واختتم مساء أمس السبت عند انطلاق الحلقة الختامية للبرنامج.

وأبدعت دنيا باطما٬ بتألق واضح٬ ألهب الأكف بالتصفيق في أداء أغاني (أكثر من اللي بحلم بيه) و(يا من على الحسن زاد) و(أنا بصراحة أحبك) للفنانة الإماراتية أحلام عضو لجنة التحكيم التي لم تخف إعجابها بموهبة الفنانة المغربية الصاعدة.

أفراد الجالية المغربية في لبنان كانوا في الموعد. حضروا بكثافة لأستوديو(هيت إم.بي.سي) في شرق بيروت٬ وصوتوا لدنيا المتحدرة من عائلة فنية في الدار البيضاء أنجبت بالخصوص الراحل العربي باطما. ورفرفت الأعلام المغربية ودوت الهتافات داخل الأستوديو.

كان الأمل يحدو والدة دنيا ووالدها الفنان حميد باطما٬ اللذين حضرا يومي الجمعة والسبت٬ بأن تفوز باللقب المستحق٬ كما كان الأمل ذاته يحدو أعدادا كبيرة من المعجبين بموهبة دنيا من المغاربة وغيرهم. سالت دموع حزن وعلت أصوات غاضبة.

وعلق مشجعون من جنسيات عربية متعاطفون مع المرشحة المغربية قائلين "المهم أن الفن العربي ربح فنانة حقيقية موهوبة وجاهزة من عيار دنيا باطما٬ وما اللقب إلا معركة واحدة٬ أما حرب الصمود في ساحة العطاء الفني فمفتوحة على أفق واسع"

بيروت - و م ع 

samedi, mars 24, 2012

Prof de Rouen suspendue : "Pourquoi rendre hommage à Merah ?"

AFFAIRE MOHAMED MERAH


La professeur d'anglais qui avait demandé à ses élèves une minute de silence pour la mort de Mohamed Merah a été suspendue de ses fonctions. Les questions se posent pour savoir pourquoi elle a agi comme cela.

Le lycée Gustave Flaubert dans lequel travaillait l'enseignante
Le lycée Gustave Flaubert dans lequel travaillait l'enseignanteAFP/CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Les faits

L'information est connue grâce au site internet de Paris-Normandie. Le quotidien normand y rapporte qu'une professeur d'anglais du Lycée Gustave Flaubert de Rouen a « appelé ce vendredi matin ses élèves de terminale à rendre hommage à Mohamed Merah, le tueur de Toulouse, en demandant une minute de silence ». Stupeur dans les rangs. La majorité des élèves de cette terminale S décident de quitter la classe en signe de protestation et leurs délégués ont rédigé une note pour l'encadrement de l'établissement, expliquant leur décision. Exprimant son « indignation » devant une « initiative inqualifiable », le ministre Luc Chatel y demandait au recteur de Rouen de « suspendre immédiatement » cette enseignante. L'enseignante est alors suspendue.

Le profil de l'enseignante

L'enseignante « a clairement dit que Mohamed Merah était une victime, que le lien avec Al-Qaïda avait été inventé par les médias et "Sarko". Elle a ajouté qu'il serait possible de faire une minute de silence pour cette "victime" », ont-ils écrit dans ce courrier visible sur le site de Paris-Normandie. Dans l'après-midi, des enseignants du lycée ont toutefois souligné qu'« aucune minute de silence n'a été organisée dans cette classe ». « Si des maladresses ont été commises, elles sont regrettables mais nous pensons qu'elles ne sont motivées par aucune volonté de prosélytisme, ni présupposé ou arrière-pensée politique », ont affirmé des enseignants du lycée dans un communiqué commun. Un membre de l'encadrement du lycée, joint par l'AFP, a souligné que « la hiérarchie savait que c'était une collègue fragile depuis plusieurs années, et en particulier depuis quelques mois ». Selon des sources, l'enseignante, âgée d'une cinquantaine d'années, n'aurait pas formellement demandé de minute de silence, mais en aurait évoqué la possibilité, dans le cadre d'un cours sur les minorités.

La sanction

« C'est une suspension conservatoire qui ne juge pas sur le fond », a déclaré au cours d'un point de presse Florence Robine, la rectrice d'académie. « La procédure disciplinaire est entamée. Elle (l'enseignante, ndlr) aura le temps de préparer ses arguments », a-t-elle dit. « Cette professeur m'est apparue comme assez perturbée et fragile. C'est une personne qui découvre petit à petit la gravité de ce qui s'est passé », a commenté Florence Robine, en précisant que le versement de son traitement serait maintenu.

Les réactions

Dans cette affaire, « le calme et la sérénité sont plus que jamais nécessaires et nous demandons que les procédures existantes puissent suivre leur cours, sans que notre collègue soit jetée en pâture aux médias. Sans préjuger des conclusions des procédures, nous apportons notre soutien moral à notre collègue », indique un communiqué commun des enseignants du lycée. Ce n'est pas le même son de cloche chez les parents d'élèves. « Pourquoi rendre hommage à Mohamed Merah ? Je suis choquée par ce qui a pu être évoqué par cette professeur. Je veux bien qu'elle ait des problèmes psychologiques mais tout de même. Comment peut-on avoir cette idée ? Ce n'est pas très rassurant de voir confier nos enfants à de tel enseignant. J'espère qu'elle sera punie comme il se doit » nous explique une mère d'un lycéen de la classe concernée.

Actu France-Soir

Et Voici quelques commentaires des lecteurs Français:

  • LARGE toulouse, le 24 mar à 10:12

    LARGE toulouse
    reponse

    cet vraie elle avait des probleme dordre famille mai en etant responsable avec des enfant sa ce dit pas fautes professionnel affaire a suivre rogrr toulouse



  • ANGEBLEU, le 24 mar à 10:17

    ANGEBLEU
    ENCORE une "tarée" !

     Heureusement qu'il n'a pas été arrêté, elle l'aurait certainement "soutenu" dans son incarcération, ben ! qui sait peut-être l'aurait-elle épousé en prison !?


    J'espère que cela ira au-delà de la suspension !



  • Keskidi, le 24 mar à 10:25

    Keskidi
    Une seule solution...

    ... la porte!. Ils sont loin "les hussards de la République".




  • ANGEBLEU, le 24 mar à 10:29

    ANGEBLEU
    ELLE est CONTENTE ! ON PARLE d'ELLE !

    Une "anonyme" qui veut sortir des rangs !! La voilà tout d'un coup "vedette" ! et dire que c'est un "prof"  MAMAN ! ça fait peur ça ! pour nos bambins !


mardi, mars 20, 2012

Les réformes au Maroc : Le pouvoir passe entre les mains d'autres personnes

Le roi laisse les islamistes au gouvernement effectuer de réels changements.
 
Alors qu'il était dans sa voiture et qu'il rentrait chez lui après une journée passée à son bureau et à son travail de Premier ministre du Maroc, Abdelilah Benkirane a été bloqué par une foule en colère de diplômés chômeurs qui demandaient du travail. "Nous avons voté pour vous, et vous envoyez la police nous battre et nous arrêter", criaient-ils. M. Benkirane s'est excusé et a promis que tous les policiers qui enfreignent la loi seraient punis. Certains des diplômés ont applaudi.
 
Quelque chose change au Maroc. La féodalité étouffante qui fait du royaume une pièce de musée recule. Le pays se construit, avec un important réseau d'autoroutes, des trains à deux étages, ponctuels, et le plus grand port de la Méditerranée. Contrairement à d'autres autocrates arabes et à leur comportement face aux soulèvements qui ont éclaté au printemps dernier, le Roi Mohammed VI 
a fait adopter une nouvelle constitution. Le texte promet de transférer de réels pouvoirs (mais pas tous) à un gouvernement librement et équitablement élu. Le roi a également  accepté le triomphe électoral du Parti Justice et Développement (PJD), un parti islamiste modéré.
 
Le PJD a abandonné le comportement de ses prédécesseurs. Son leader, M. Benkirane, vit à la maison avec deux gardes à sa porte, et non pas dans un palais mis à sa disposition par l'Etat, avec valets en livrée. Lors de sa prestation de serment, il donna au roi un coup de bec pour la forme sur l'épaule, pas un franc baisemain. M. Benkirane parle le dialecte de rue de son peuple plutôt 
que l'arabe formel que de nombreux Marocains ont du mal à saisir. Ses ministres tiennent des réunions dans les cafés et durant les voyages en train. Avant sa mort en 1999, Hassan II, père de Mohammed VI, avait entamé des réformes, allant même jusqu'à nommer comme Premier ministre un homme de gauche, qu'il avait jadis fait  condamné à mort. Mais alors qu'il s'était avéré que tout cela 
n'était qu'écran de fumée pour perpétuer la règle et le pouvoir royaux, M. Benkirane a le pouvoir de choisir ses propres ministres, de présenter son propre budget et de promouvoir ses propres lois. Le Makhzen et la cour royale ne sont plus les brutes qu'ils étaient du temps d'Hassan II. La police fait toujours peur, mais moins qu'ailleurs dans le monde arabe, où les tirs des forces de l'ordre ont fait basculer les protestations en soulèvements.
 
Les Islamistes ont travaillé dur pour rassurer l'élite longtemps retranchée du Maroc et la convaincre qu'elle pouvait leur faire confiance. "En Egypte et en Tunisie, l'armée défend la démocratie", dit le dévoué M. Benkirane. "Au Maroc, c'est le roi". Son parti a mis en sourdine sa rhétorique anti-laïque, à la joie de distributeurs d'alcool. "Nous ne sommes pas une police des mœurs", insiste un ministre. Le PJD a apaisé les alliés occidentaux, très nerveux, surtout en France. Les ministres insistent sur leur volonté d'honorer un contrat de € 1,8 milliards d'euros (2,4 milliards de dollars) pour construire une ligne ferroviaire à grande vitesse, bien qu'ils aient une fois attaqué ce projet en le qualifiant de récompense pour les anciens maîtres coloniaux du Maroc utile.
 
La tâche des islamistes sera plus difficile pour convaincre leurs propres électeurs. Aucune autre force politique n'aurait pu restaurer la légitimité du système archaïque du royaume, mais en dépit de la popularité personnelle de M. Benkirane, les sceptiques ne manquent pas. "Ce sont les hommes qui ont changé, pas les politiques", ronchonne un syndicaliste. "Rien ne va changer".
 
Heureusement pour M. Benkirane, ses adversaires sont plutôt pâles et médiocres. Les efforts visant à construire une alliance de groupes mécontents ont vécu. Adl  wal-Ihsan, un parti islamiste plus radical qui rejette la monarchie, s'est retiré des protestations le mois dernier, dégonflant ainsi ce qui en restait.
 
Pourtant, alors même que l'opposition officielle a fait long feu, un organe informel est en hausse. Dans les zones rurales, où vit la moitié la plus pauvre des 30 millions de Marocains, le mécontentement revient périodiquement. Le couvre-feu, des canons à eau et les arrestations n'ont pas réussi à empêcher les affrontements d'embraser deux villes du nord. Les protestations sur les prix des services publics confinent pratiquement à la sécession. Et la sécheresse qui menace ne fera qu'empirer les choses.
 
La situation budgétaire se détériore également. Jusqu'à présent, l'économie a remarquablement bien résisté au marasme de l'Europe. Mais le gouvernement précédent a épuisé les réserves dans les augmentations des salaires et des subventions, de sorte qu'il reste peu de choses à donner. Le retour de milliers de travailleurs sans emploi de l'Europe déprimée et anarchique et de Libye a en outre aggravé la situation.
 
La police peine à récupérer son autorité perdue après une année de glissement graduel. Dans les villes, les marchands ambulants se répandent dans les rues, bloquant la circulation, et la criminalité est en hausse. Les forces de sécurité ont commencé à démolir une partie de 44.000 maisons construites illégalement au cours de la dernière année où les Marocains ont exploité le vide, mais les résistances ont provoqué des réactions.
 
Il aurait été facile au gouvernement de blâmer l'ancien système et l'accuser de menacer ses perspectives. Optimistes et rassurants, les islamistes affirment qu'ils mettront un terme à tout cela. Ils promettent la transparence et une répartition plus équitable des richesses. Ils ont publié une liste de transporteurs interurbains auxquels des agréments ont été attribués sans explication par les gens d'en haut. Ensuite, ils pourraient gêner les généraux de l'armée qui ont longtemps accaparé les licences de pêche maritime pour s'enrichir.
 
La campagne peut cependant avoir ses limites. La coalition de M. Benkirane est pleine de ministres du gouvernement précédent, critiqué pour son népotisme et le gaspillage des ressources. Il sera difficile de lutter contre l'ordre ancien, tout en partageant le pouvoir avec lui.
 
Un échec pourrait être coûteux. Un nouveau livre, "Le Roi Prédateur" ("Le Roi Predator"), publié en France, décrit comment le roi a quintuplé sa richesse durant ses onze années de règne, avec un makhzen secret qui continue de contrôler de larges pans, lucratifs, de l'économie. Pour contourner son interdiction, le livre a été mis en ligne.  Les discussions de café relèvent le contraste entre les palais du roi et les masures que ses forces font abattre. Pourtant, le roi du Maroc est moins critiqué que ses pairs arabes, et même plus aimé. Sacrifier quelques-uns de ses courtisans voraces devrait l'aider à poursuivre dans cette voie.
 

samedi, mars 10, 2012

تفاصيل وخلفيات عزل عامل إقليم سيدي بنور


أعلنت وزارة الداخلية إعفاء عامل إقليم سيدي بنور جمال الدين مريمي (وسط الصورة)، لمسّه لمسه باعتبار وشرف عضو في الحكومة وإخلاله بواجب التحفظ المفروض على موظفي وأعوان الدولة، كما أفاد بذلك بلاغ لوزارة الداخلية عممته وكالة المغرب العربي للأنباء مساء الخميس 8 مارس 2012.

وحسب مصادر خاصة بـ"هسبريس" فإن تفاصيل القضية تعود إلى أواخر يناير الماضي عندما كان عامل سيدي بنور يترأس اجتماعا خُصص لمتابعة الإعداد لزيارة ملكية، حضره رئيس الجماعة القروية للمشرك، وباشا مدينة سيدي بنور، ورئيس دائرة سيدي بنور، ونائب رئيس بلدية سيدي بنور، ورئيس قسم الشؤون الاقتصادية والاجتماعية بالعمالة، ورئيس قسم التجهيز بالعمالة، وبعدما تقدم رئيس قسم الشؤون الاجتماعية بعرض حول برنامج لمحاربة الكلاب الضالة، أخذ العامل الكلمة ليتحدث باللغة الفرنسية مُعلقا بأن ما تحقق في البرنامج المذكور غير كافٍ، ومخبرا الحضور بأنه وفي طريقه إلى جماعة الوليدية صادف 17 كلبا يتقدمهم حسب العامل كلبان "بلحية" أحدهما يشبه وزير الدولة، متبوعان بكلبتين كأنهما زوجتيه، يضيف العامل وِفق ما ذكره مصدر حضر الاجتماع المشار إليه.

وهو ما كان سببا في رفع الاجتماع للحظات بعد احتجاج أحد الحاضرين المنتمي لحزب العدالة والتنمية والذي اعتبر أن المقصود بوصف العامل هو عبد الله باها نائب بنكيران ووزير الدولة في الحكومة الحالية، لكنه أصر بعدها على مواصلة اللقاء نظرا لما قالت عنه مصادر "هسبريس" مكانة الزيارة الملكية وأهميتها وأولويتها على "معارك من هذا النوع".

ما تلفظ به عامل سيدي بنور لم يبق حبيس مكان انعقاد الاجتماع المذكور، بل تجاوزه إلى إعداد تقارير في الموضوع من طرف هيآت محلية وجهوية لحزب العدالة والتنمية بجهة دكالة عبدة، وكذا من طرف مؤسسات أمنية، توصل بها عبد الإله بنكيران الأمين لحزب العدالة والتنمية والذي طلب إعادة تدقيق ما ورد في التقارير، قبل إحالتها على وزارة الداخلية التي استمعت للعامل وأصدرت قرار العزل في حقه كما أوضح البيان المعمم يوم الخميس
 
.

dimanche, mars 04, 2012

Aïe, le voile !

Aïe, le voile ! Le directeur de l’ISIC, la principale école publique qui forme aux métiers de la presse et de la communication,
m’a dit ceci : près du tiers de ses étudiantes portent désormais le voile. L’une d’elles a récemment apostrophé le nouveau ministre de la Communication, un barbu : “On m’a interdit un stage à la télévision parce que je portais le voile, trouvez-vous cela normal ?”. Nous sommes devant une réalité nouvelle : le voile, comme la barbe, gagne du terrain. Et le Maroc est aujourd’hui l’un des très seuls pays arabes ou musulmans dans lesquels ni le voile ni la “barbe” n’ont eu accès aux principales vitrines publiques : télévision, donc, agences de voyage, banques, aviation… Pour combien de temps encore ?
Quand elle m’a entendu expliquer que le voile est une manifestation d’un retour (de la société) en arrière, une jeune femme intelligente et voilée m’a dit ceci : “La télévision marocaine ne me représente pas parce que je n’y vois aucune fille qui me ressemble, trouvez-vous cela normal ?”. Nous résistons, c’est très bien. Mais avec quels moyens ? Et jusqu’à quand ?
La poussée du voile est aujourd’hui telle que, très franchement, je n’aimerai pas être à la place des patrons de télévisions, de banques, de compagnies aériennes. Ils ont l’impression de résister à une boule de neige qui grossit à vue d’œil et ils sont à court d’arguments quand il s’agit de défendre leur ligne de conduite ; au mieux, ils passent pour ce qu’ils ne sont pas : des aveugles ou des sourds. Mais comment convaincre une jeune fille de bonne famille de se “dévoiler” pour pouvoir exercer certains métiers quand elle vous rappelle, à raison, que la seule femme ministre aujourd’hui porte le voile. “Pourquoi elle et pourquoi pas moi ?”. Le parfait casse-tête.
Les militantes du voile seront dures à combattre parce qu’elles brandissent tout de suite le discours sur la discrimination. Et il faudra se lever tôt pour les confondre. Une jeune internaute m’a écrit ceci : si Mohammed VI a “recruté” Bassima Hakkaoui comme ministre, pourquoi le patron de la RAM, qui est une enseigne publique, refuserait de recruter une hôtesse voilée ? Si tous les Marocains regardent sans problème une Hakkaoui voilée, qu’est-ce qui les empêcherait de regarder une speakerine voilée ? Et si Barack Obama ou n’importe quel grand visiteur arrive au Maroc sans être choqué par une responsable voilée, pourquoi le voyageur lambda le serait-il à la vue d’une hôtesse voilée ?
Cette question du voile était un simple détail esthétique tant que le phénomène était confiné à des poches aussi rares qu’insignifiantes. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Ce qui a changé peut être expliqué par la formule suivante : les patrons pouvaient faire le choix personnel de refuser des filles qui ont fait le choix personnel de porter le voile ; le pourront-ils encore ? Je ne sais pas, ce qui est aussi une manière de dire : je ne crois pas.
Un ami, père de famille, m’a expliqué comment il a dû sanctionner sa fille pour l’empêcher de porter le voile. Et à la fin, a-t-il “gagné” ? Non, il a perdu. “J’ai accepté par peur de la radicaliser. Le foulard, ça va, tant que ce n’est pas le Niqab (voile intégral)…”. Pessimiste ? Non, réaliste. Ce n’est pas parce que nous sommes contre le voile que nous allons nous voiler les yeux et faire comme si la société d’aujourd’hui est l’exacte copie conforme de celle d’hier. Courage !
 Telquel

vendredi, mars 02, 2012

Meditel veut réduire le débit de vos connexions 3G. Voici les vraies raisons que Meditel ne vous dit pas



Aujourd'hui, et sur les ondes de Radio Atlantic, on entendait le patron de Meditel, Mohammed Elmandjra, répeter qu'au Maroc, la connexion 3G est devenue la norme et que cet investissement n'est pas rentable.
C'est pour cela que Meditel, selon les propos son patron, devra réduire et limiter le débit des connexions 3G. 

Mais que se cache derrière ce mouvement stratégique de Meditel ? 

Si la 3G n'était pas un service rentable, ni Meditel ni aucun autre opérateur n'aurait fait autant de matraquage publicitaire. 

En réalité, Meditel se cache derrière la non rentabilité de la 3G pour protéger ce qu'elle a de plus précieux : le SMS et les communications voix (appels).

En 2011, les opérateurs telecom dans le monde ont perdu plus de 14 Milliards de dollars à cause de l'usage des réseaux sociaux via 3G. Au lieu que les utilisateurs envoient un SMS, ils utilisent de plus en plus leur connexion 3G pour chatter avec leurs contacts. 

Et c'est cela qui fait peur à Meditel et à tous les opérateurs dans le monde. 

Pire que ça, maintenant même les appels vocaux vont être réduits avec les appels émis via 3G

Plusieurs applications dont Skype et Viber, permettent de réaliser un appel depuis son téléphone portable via 3G, ce qui est encore un manque à gagner par les opérateurs. 

Les opérateurs télécom dans le monde se sont retrouvé piégés dans les nouvelles technologies de la communication via 3G
Dans un premier temps, ils s'en sont mis plein les poches en vendant les connexions 3G, maintenant, c'est le VoIP (voix par internet) et les réseaux sociaux qui prennent le dessus. 

En plus, au Maroc, nous avons l'une des plus grandes aberrations en matière de connexion internet. 

A cause d'un monopole sur l'ADSL, Maroc Telecom détient plus de 98% du marché, aucun autre opérateur ne trouve un intérêt à investir ce domaine et le délaisse ainsi en faveur de la 3G, alors que l'ADSL est le vrai moyen de connexion Haut-Débit. 

Aujourd'hui, tous les opérateurs doivent revoir leur stratégie et sont entrain de sentir la baisse de chiffre d'affaires dont la seule solution possible reste de limiter la 3G ou de répercuter le manque à gagner sur d'autres activités. 

Et pour finir, les clients ont bien acheté des clés 3G sur la base d'une connexion et un débit moyen. Maintenant, Meditel qui désire revenir en arrière, n'est-ce pas là un cas flagrant de publicités mensongères ?

N.B : je n'ai pas parlé d'un éventuel blocage de Maroc Telecom des applications VoIP sur 3G, car j'en ai fait l'expérience moi-même, et ces services sont actifs via 3G Maroc Telecom. Sauf que Viber n'est pas accessible via une connexion ADSL Maroc Telecom. 

Bigbrother
Une erreur est survenue dans ce gadget