samedi, janvier 28, 2012

Comment Al Ittihad Al Ichtiraki a utilisé "La Vie éco" pour attaquer le gouvernement

Qu'Al Ittihad Al Ichtiraki, journal de l'USFP, aille jusqu'a COPIER l'article intégralement, le présenter comme une contribution de l'auteur et changer le sens du titre pour tirer sur le gouvernement relève de l'inadmissible.

edito La Vie éco

Dans son numéro du 20 janvier, La Vie éco a publié un article sur le programme du gouvernement qui vient de prendre en main les commandes du pays. L'article, titré «Gouvernement, des objectifs irréalistes ?», était une analyse technique prenant en considération aussi bien les facteurs exogènes que propres au Maroc et visant à savoir quel était le degré de faisabilité, au cours du mandat de l'équipe Benkirane, d'un taux de croissance annuel moyen de 5,5%, d'un déficit budgétaire ramené à 3% du PIB, en bout de parcours, et d'un taux de chômage de 8%, à l'échéance 2016. Il ne s'agit pas du premier exercice de ce genre pour La Vie éco dont la rédaction écrit régulièrement des articles d'analyse macroéconomique. L'analyse du programme du gouvernement relève donc du travail normal d'un journal à vocation économique.

Quelle ne fut donc notre surprise de constater que le lundi 23 janvier, le quotidien Al Ittihad Al Ichtiraki reprenait notre article intégralement, sous forme d'une contribution de l'auteur du papier (voir photo) sans même citer la source de ses informations. En un mot, c'est comme si un des éléments de la rédaction avait écrit un papier pour le confrère en question. Plus grave, le titre de l'article a été modifié dans une optique qui lui donne une autre connotation. Ce qui était à l'origine «Gouvernement, des objectifs irréalistes ?», sous forme interrogative, est devenu «Le programme de Benkirane est irréalisable», signé par Fadel Agoumi.

Primo, nous n'avons pas parlé d'un programme irréalisable, mais d'objectifs qui pourraient ne pas être réalisés au vu de la conjoncture. Nous avons cependant choisi la forme interrogative car, en dépit des contraintes qui pèsent sur l'économie nationale, personne ne peut prédire comment seront les 5 années à venir et les bonnes tout comme les mauvaises surprises peuvent arriver. Secundo, si nos confrères d'Al Ittihad Al Ichtiraki ont pris le soin de copier soigneusement l'article, ils auront tout également pris le soin d'enlever un passage qui disait qu'au final tout le mal que l'on souhaitait à ce gouvernement est d'arriver à atteindre ces objectifs.

Ceci pour la forme. Pour le fond, il s'agit non seulement d'un plagiat, relevant d'une atteinte au droit de propriété intellectuelle, d'une diffamation envers l'auteur pour déformation du sens de l'article et d'un manquement à l'éthique professionnelle. Ce n'est pas du journalisme, ce n'est même pas de la presse de caniveau qui se nourrit de ragots et rumeurs, c'est de l'escroquerie intellectuelle, du banditisme, sous couvert d'information. Et ce n'est pas la première fois qu'Al Ittihad Al Ichtiraki plagie le contenu de La Vie éco : dans la même page 11 de ce 23 janvier, une chronique de Larabi Jaïdi, parue dans La Vie éco du 20 janvier, est reproduite sans autorisation, ni mention du support de publication originel. Une pratique dont le quotidien a pris l'habitude, dans plusieurs de ses éditions, et nous en avons la preuve.

Enfin, il y a plus grave. Al Ittihad Al Ichtiraki n'est pas un journal indépendant, c'est l'organe de presse de l'USFP, un des partis aujourd'hui dans l'opposition. En somme, le quotidien s'est servi d'un article critique mais objectif de La Vie éco, pour tirer sur le gouvernement en travestissant le sens du titre et en présentant son auteur comme contributeur.

Deux choses. D'abord, La Vie éco est un journal neutre. Il n'est ni au service de l'opposition, ni à celui de la majorité et nos écrits en attestent largement. Notre seul souci est de produire de l'information–et pas seulement économique–dénoncer ce qui ne va pas, parler de ce qui va, exprimer un point de vue qui serve l'intérêt collectif ou celui du pays, que cela gêne la majorité ou l'opposition. Ensuite, nous  dénonçons vigoureusement cette dérive et interpellons les instances dirigeantes de l'USFP à propos de cette manipulation, que nous considérons comme une atteinte grave à notre rédaction. En attendant, nous nous réservons le droit d'ester en justice le quotidien.

Fadel Agoumi. La Vie éco
www.lavieeco.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget